Une restauration complète indispensable pour la cure Notre-Dame, joyau néo-gothique du patrimoine veveysan.

Vevey, le 24 juin 2019 – Dans un état avancé de vétusté, la cure de la paroisse Notre-Dame de Vevey doit impérativement faire l’objet d’une restauration intégrale, pour un coût de 3 millions de francs. Cette bâtisse néo-gothique classée a été édifiée au XIXe siècle et forme avec l’église un ensemble remarquable de grande valeur patrimoniale. Une association indépendante a été créée pour favoriser la recherche de fonds, complément indispensable au financement du projet.

Après la paroisse Notre-Dame en mars, la Fédération ecclésiastique catholique romaine du canton de Vaud (FEDEC-VD) vient de valider un projet de restauration complète de la cure Notre-Dame de Vevey, qui se trouve dans un état de vétusté préoccupant. De grande envergure, les travaux sont devisés à 3 millions de francs, dont environ 1,5 million pour la remise en état d’éléments patrimoniaux majeurs. Le chantier devra débuter dès que possible pour préserver l’enveloppe extérieure (toiture et façades) et garantir l’habitabilité et la sécurité (installations sanitaires et électriques) de la bâtisse néo-gothique, édifiée au milieu du XIXe siècle et classée avec la note 2 au recensement architectural vaudois.

Déjà au bénéfice d’une autorisation de construire délivrée par la Ville de Vevey, le projet de restauration, piloté par Nomad architectes, inclut également des transformations à l’intérieur de la bâtisse, afin de pouvoir en louer les deux étages supérieurs. Pour ce faire, il est prévu de déplacer le secrétariat paroissial et le bureau du curé dans un petit pavillon existant à côté de l’église. Le rez-de-chaussée de la cure restera dédié aux activités paroissiales.

«Seule la location d’une partie de la cure peut garantir à long terme notre capacité à assumer les grandes phases de restauration de ce monument historique, explique Urs Wagenbach, président du Conseil de paroisse. Ce n’est bien sûr pas de gaieté de cœur que la décision a été prise, mais compte tenu de nos moyens limités, nous n’avions pas d’autres options.» La loi vaudoise n’impose en effet pas aux communes de prendre en charge la restauration des cures, contrairement à celle des lieux de culte.

Appel aux dons

La paroisse catholique Notre-Dame doit encore impérativement trouver des moyens supplémentaires avant de démarrer les travaux. Près d’un million de francs fait défaut, même si la FEDEC-VD est disposée à prêter une partie conséquente de la somme manquante, à rembourser sur 20 ans.

«Pour nous, la somme est considérable et nous devons veiller à ne pas reporter sur les générations futures de paroissiens une dette insupportable. Mais nous ne voulons pas non plus prendre le risque de retarder une restauration urgente, ni transiger sur sa qualité», complète Urs Wagenbach.

Diverses opérations de recherche de fonds(dons de particuliers, demandes de subventions par des fondations, etc.) sont ainsi prévues dès cet été, avec l’objectif de pouvoir débuter les travaux en 2020 avec les garanties financières suffisantes.

Pour élargir le cercle des donateurs potentiels, l’Association pour la rénovation de la cure néo-gothique de Vevey, indépendante de la paroisse, a été créée. Elle garantit statutairement que chaque franc récolté servira exclusivement à financer les travaux liés à la préservation de ce monument. «La conservation de ce très bel ensemble néo-gothique à l’entrée de la ville constitue un enjeu patrimonial important et mérite incontestablement un large soutien», déclare Béatrice Lovis, membre de l’association et présidente de Patrimoine suisse, section vaudoise. «Patrimoine suisse soutient ce projet et se réjouit de pouvoir admirer cette cure exceptionnelle une fois restaurée.»

Édifiées au XIXe siècle par l’architecte Emile Vuilloud, l’église catholique Notre-Dame de Vevey et sa cure (1869-1872) constituent un ensemble remarquable de style néo-gothique et témoignent d’une période charnière de l’histoire du canton. L’église Notre-Dame est ainsi la première grande église catholique à avoir été édifiée sur la Riviera vaudoise après la fin de l’occupation bernoise. Fondée en 1833, la paroisse catholique Notre-Dame de Vevey compte actuellement environ 12’000 paroissiens des communes de Vevey, La Tour-de-Peilz, Blonay et Saint-Légier.

Si l’église a été complètement rénovée entre 2005 et 2011, grâce notamment au soutien des Villes de Vevey et de La Tour-de-Peilz, la cure, elle, n’a pas fait l’objet de travaux depuis 35 ans (1984) et sa restauration est totalement à la charge de la paroisse.

La cure abrite actuellement le secrétariat paroissial, des espaces privatifs d’accueil, le logement du curé et deux petits studios pour les prêtres invités.